Saint Loubès en Transition

Saint Loubès est une commune d’environ 9000 âmes située à 25km au Nord Est de Bordeaux. Et elle est en pleine transition ! Ses habitants se réunissent pour définir ensemble comment faire mieux. Rencontre avec une belle équipe.

le-collectif-a-cree-six-groupes-de-travail
Photo issue d’un article du Sud Ouest paru en mai 2017

Julie et Emmanuelle font partie des membres fondateur de ce mouvement. Elles nous racontent tout.

Qu’est-ce que le mouvement de la transition ?

376-manuel

Le mouvement de Transition est né en Grande-Bretagne en 2006 dans la petite ville de Totnes. L’enseignant en permaculture Rob Hopkins avait créé le modèle de Transition avec ses étudiants dans la ville de Kinsale en Irlande un an auparavant. Il y a aujourd’hui plus de 2 000 initiatives de Transition dans le monde, dans 50 pays, dont 150 en France. Il s’agit d’inciter les citoyens d’un territoire (bourg, quartier d’une ville, village…), à prendre conscience, d’une part, des profondes conséquences que vont avoir sur nos vies la convergence du pic du pétrole et du changement du climat et, d’autre part, de la nécessité de s’y préparer concrètement. Il s’agit de mettre en place des solutions fondées sur une vision positive de l’avenir et qui visent à réduire la consommation d’énergie fossile et l’émission de CO2, relocaliser l’économie et bien d’autres choses encore.

 

Comment a commencé la transition à Saint Loubès ?

Tout a commencé avec le film « Demain ». A l’origine il existait déjà à Saint Loubès de nombreuses initiatives, mais décousues, sans lien. Par exemple l’assocation Mille Pattes (pédibus pour emmener les enfants à l’école), ou l’AMAP (paniers de légumes direct producteur), la Ruche qui dit Oui, les Incroyables Comestibles etc. Chez certaines personnes, engagées dans ce type d’initiative, ou pas, il y avait une envie. L’envie d’agir, d’aller plus loin.

Demain-le-film-cesar-650x516Après la sortie du film « Demain », tout le monde a commencé à en parler, notamment dans les associations. En effet on y voit de belles initiatives positives, ça donne envie de faire pareil. « Tu l’as vu toi ? Non ? C’est dommage, il faut le voir ! C’est exactement ce qu’on fait dans l’asso ! ». A force d’en parler dans et entre les associations, les gens se sont rendu compte que d’une part le film est génial et que pas grand monde l’a encore vu à Saint Loubès, et aussi qu’une bonne partie des thématiques abordées dans le film sont déjà en place dans les associations de la commune. Des personnes de chaque asso ont eu envie d’organiser une projection. Elles se sont rassemblées, sont allées voir la mairie, la bibliothèque est alors rentrée en jeu, ainsi qu’un élu : c’est là qu’est né le « groupe des fondateurs ».  Ces personnes ont commencé en juin 2016 à réfléchir à l’organisation de la projection, et surtout à « est-ce qu’on s’arrête là ? ». On voulait faire plus que juste montrer le film. On voulait lancer un débat, motiver des actions, former un collectif citoyen. On s’est fait aider d’une personne de Bordeaux en Transition.

Au final on est partis d’une projection, et on a mis en place plusieurs événements : le film évidemment, une conférence Zéro Déchet avec Jérémie Pichon (de la Famille Zéro Déchet), la soirée Se Nourrir Mieux. On a pu utiliser la Coupole (salle de spectacle de la ville) pour accueillir tout ce monde (jusqu’à 4000 places). Cela s’est passé en octobre-novembre 2016. C’est d’ailleurs ce moment-là qu’a ouvert l’épicerie zéro déchet de Saint Loubès : le Cabas Vrac.

In-Transition-2.0-Transición-SostenibleQuelques mois plus tard, en février 2017 on a réinvité tout le monde pour un autre film : « In Transition 2.0 » (cliquer ici pour voir le film en anglais). Après la projection on a fait un forum ouvert. Il y avait environ 60 personnes, qui ont répondu (en écrivant sur un post-it) à la question : « C’est quoi pour vous la transition ? » On a ensuite regroupé toutes ces idées par grands thèmes, et on a fait des tables pour discuter de chaque sujet. Tout ça se fait de façon très collaborative, les gens aident spontanément à telle ou telle tâche, c’est très horizontal. Chaque personne présente est allée discuter pendant un certain temps à chaque table, pour développer les sujets. Il n’y avait pas d’animateur, les discussions se font spontanément par les citoyens à partir des post it. Il y a eu de larges débats, et il en est sorti de belles idées, et tout cela venait des habitants.

Pour la première réunion en mars 2017, on est partis des thèmes identifiés pendant la soirée, on a regardé les comptes rendus, on a debriefé tout le monde, et là on a lancé les groupes : ceux qui voulaient discuter de tel thème allaient dans telle salle etc. C’était la première réunion des groupes. Depuis, chaque groupe se rencontre et évolue comme il veut. Il y a une plénière tous les mois, le 3e vendredi.

Que font les membres de la transition à Saint Loubès ?

Il y a 7 groupes de travail dans Saint Loubès en transition : échanges de services (SEL), éducation citoyenneté, monnaie locale (MIEL), alimentation achats groupés, habitat énergie transports, vivre ensemble / communication, et zéro déchet.

Emmanuelle fait partie du groupe habitat. Une écoquartier est en train de se créer à Saint Loubès, et les membres du groupe rencontrent des artisans, visitent des maisons, pour comprendre comment construire ou rénover une habitation de manière écologique, avec pour but de créer une liste de recommandations pour les gens qui veulent construire ou rénover.

ZD.png

Le groupe zéro déchet a organisé plusieurs actions : ramassage de déchets, création de newsletter (la dernière est sur le thème de Noël). Sur Saint Loubès est organisé en ce moment une opération foyer témoin avec le syndicat des déchets ( SEMOCTOM) : 12 familles ont eu droit à un audit de leurs production de déchets, une caractérisation des poubelles est à venir, et des sessions collectives seront organisées pour trouver comment réduire leurs déchets. Enfin un projet est en cours pour identifier les commerçants qui acceptent de servir les clients dans leurs contenants personnels, afin de favoriser le vrac.

Le collectif a créé un guide local avec toutes les bonnes adresses du coin pour entrer dans la transition : je donne, je me déplace autrement, je privilégie l’agriculture biologique etc. Il y a par exemple l’adresse de réparateurs du coin, de l’AMAP etc.

Quest-ce-queon-attendAu mois de juin le collectif a organisé une projection débat au cinéma de Sainte Eulalie du film « Qu’est-ce qu’on attend ? » sur le village d’Ungersheim. Le groupe communication vivre ensemble a organisé une grande fête cet été, pour qu’on se rencontre tous et qu’on profite. C’est eux qui on tout organisé. Il y avait des toilettes sèches, des tipis en récup, chaque groupe de la transition avait un stand, il y avait des conférences, des ateliers etc.

 

Le 19 novembre a eu lieu un événement où des membres du groupe ZD et du groupe SEL proposaient des compétences en lien avec le thème « Zéro déchet » : faire sa lessive, son dentifrice, fabriquer un tawashi, un sac à vrac, faire ses courses en frac, furoshiki etc. une quarantaine de personnes de Saint Loubès en transition ont participé à ces ateliers. Le groupe SEL proposera prochainement un événement similaire sur le jardin.

Comment ça se passe dans un groupe ? Comment est-ce organisé ?

Je prends l’exemple du groupe habitat. Il y a par exemple une personne qui dit « je connais un artisan qui est à fond sur les isolants en lin, chanvre, avec une proximité géographique, est-ce que vous seriez partants pour aller le voir ? » Un autre va dire « j’ai fait une construction bois, si vous voulez je vous la fait visiter avec le gars qui m’a fait toute la structure ». On a rencontré des gens aussi sur les écoquartiers pour voir ce qui s’est fait ailleurs. En fait ça vient de tout le monde. Chacun peut proposer une idée, une visite, une rencontre, cela se fait naturellement.

C’est le groupe qui génère les activités. Il n’y a pas de manager, pas de chef de projet. Simplement les 7-8 « fondateurs » constituent le « bureau » ont un rôle de coordination et de communication. Mais la majorité des décisions sont prises par tout le monde lors des plénières. Il y juste quelques règles de communication non violente, et  ensuite tout le monde participe aux idées,  l’organisation, aux décisions, selon son envie.

change

Comment êtes-vous personnellement entrées dans la transition ?

Julie : je suis allée à une conférence de Jérémie Pichon (la Famille Zéro Déchet). Je me suis dit que c’est pas si compliqué. J’ai commencé toute seule à faire mes courses en vrac, j’ai eu un très bon accueil. Je travaille à la bibliothèque, j’ai entendu parler de Demain. Je suis allée à la projection, j’ai rencontré du monde, des gens qui font comme moi, et je me suis rendue compte que je n’étais pas toute seule, il y a du monde à Saint Loubès qui est motivé pour agir ! Je me suis spontanément engagée dans le mouvement, j’ai intégré le groupe monnaie locale.

Emmanuelle : moi j’ai le livre de Rob Hopkins sur la transition depuis longtemps. En 2009 on a lancé les Mille Pattes à Saint Loubès pour emmener les enfants à l’école à pied. On était 5 ou 6 familles, on voulait amener les gens à réfléchir, à moins utiliser la voiture, à être plus à pied, on voulait recréer du lien social dans les quartiers. Aujourd’hui il y a environ une douzaine de familles. Je fais partie de l’AMAP. J’ai acheté le livre de Béa Johnson sur le Zéro Déchet. Et j’ai eu le déclic en regardant Demain. J’ai vu tout le monde en parler, se demander « on fait quoi  ? » Je voyais des gens autour de moi qui avaient envie de faire autrement. J’en ai beaucoup parlé à l’AMAP. Ce film est vraiment l’étincelle qui manquait.

transitiontowns

Qui sont les membres de Saint Loubès en transition ?

Il n’y a pas vraiment de profil type. Il y a de tous les âges, de toutes les professions, de tous les milieux sociaux. Et de toutes les opinions ! C’est cette diversité qui amène de la richesse aux débats. Mais tous sont motivés. Les gens ne sont pas forcément de Saint Loubès d’ailleurs, en fait ils viennent de toute la rive droite.

17951675_1363458870414431_6060572720895728568_n

Comment faire pour en savoir plus ou pour vous rejoindre ?

On a une page Facebook, et vous pouvez très facilement vous inscrire à la framaliste (mailing liste). Il y a environ 200 personnes, et ça permet de recevoir des mails pour les réunions, les comptes rendus, les infos etc. Vous avez accès facilement aux dates et lieux des réunions. Elles sont ouvertes à tous, et les nouveaux sont bienvenus. Vous pouvez ainsi rencontrer les membres et intégrer un ou plusieurs groupes qui vous intéressent.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s